Quelques noms

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Quelques noms

J'ai détaillé le propos de ce site à divers endroits : proposer une approche différente de la musique classique, se basant sur ce que chacun connait et éprouve, et non en imposant des idées toutes prêtes. Proposer une approche aventureuse, encadrée simplement par le plaisir de la découverte. J'ai également dénoncé un carcan institutionnel, qu'il faut combattre.

Illustrons cela avec quelques exemples.

Une petite expérience

Tout d'abord, faisons une expérience tout simple. Essayez de penser à quelques compositeurs dont vous avez entendus parler. Puis voyez si vous êtes capable de citer une oeuvre de ces compositeurs. Enfin voyez si vous êtes capable de fredonner une oeuvre de ces compositeurs.

A l'inverse maintenant, je vous propose de chercher dans votre mémoire un air que vous connaissez, que vous avez déjà entendu, par exemple au cinéma, ou dans une publicité, ou ailleurs (sur Internet, dans un court-métrage, etc.). Voyez si vous êtes capable de mettre un nom sur cet air.

Prenez le temps de faire cette petite expérience avant de lire la suite, c'est intéressant. D'ailleurs vous pouvez me communiquer vos "résultats", je suis toujours friand de ce genre de statistiques.

Il se trouve que j'ai maint fois eu l'occasion de faire cette expérience avec des amis, débutants pour la plupart. Voici quelques grandes lignes qui ressortent, et quels enseignements on peut en tirer.

Résultats

Très souvent, seuls quelques noms sortent (5 en moyenne), et ils sont invariablement les mêmes : Beethoven, Vivaldi, Tchaikovsky, Mozart, Ravel, Chopin, Wagner, ou Bach. Je donne souvent une suite à cette première question, avant de passer aux oeuvres, c'est la suggestion. Je cite quelques noms et demande s'ils sont connus. Là un premier effet de surprise apparait, mes interlocuteurs avouent leur surprise de ne pas avoir citer le compositeur en question, alors que "bien sûr, je connais !". Reproduisons ce procédé ici. Si je dis Verdi, Brahms, Berlioz, Liszt, Prokofiev, Haendel, Mahler, Borodine, Rossini, Dvorak, Grieg, Sibélius, Khatchaturian, Mendelssohn, Rachmaninov, Saint-Saëns, Strauss (piège avec ce dernier, Richard ou Johannes I ou Johannes II ? en tout cas on connait un Strauss), ou Stravinski. Je ne dis pas que j'ai des retours positifs sur tout ces compositeurs, mais sur bon nombre d'entre eux.

Que cela signifie-t-il ? Simplement que l'on a bien appris notre leçon. Les 6 premiers sont parmi les plus ancrés dans l'imaginaire collectif, ils sont souvent les plus joués, les plus cités nominativement (films, séries, romans, articles, etc.). Les seconds sont tout aussi ancrés (mais de façon inégale), mais ne reviennent pas nominativement assez souvent. C'est peu comme les mots d'une langue : il y a ceux qu'on emploie souvent, et ceux que l'on connait, que l'on comprend, mais que l'on emploie pas personnellement.

Où cela nous mène-t-il ? A une première conclusion qui est que vous connaissez sans vous en rendre compte (la plupart du temps) le nom de nombreux compositeurs !

Passons à la seconde étape, qui en général est plus douloureuse... Voyons quelques oeuvres vous avez cités pour les premiers compositeurs. En général nous avons :

  • Beethoven : 9ème symphonie (ou symphonie tout court), avec l'ode à la joie (qui est en passant l'hymne officiel de l'Union Européenne)
  • Vivaldi : les quatre saisons, invariablement
  • Chopin : les polonaises, ou les nocturnes
  • Tchaikovsky : un moment d'hésitation, puis Casse-Noisette, le Lac des cygnes ou la Belle au bois dormant
  • Ravel : le Boléro
  • Bach : difficulté. Souvent il est impossible de citer de mémoire une oeuvre de Bach.
  • Wagner : chevauché des Walhyries

Jusque là tout va encore bien, mais si je vous demande "mais encore ?", en général plus personne. C'est à dire que l'on connait le nom d'UNE oeuvre de ces compositeurs, et encore pas pour tous.

Commençons à fredonner. Si l'Ode à la joie de la Neuvième de Beethoven est bien connue, quelques passages des Quatre Saisons de Vivaldi aussi, il est en revanche difficile de fredonner de tête une autre des oeuvres listées ci-dessus. Là encore la suggestion va changer cette proportion, c'est à dire que si je fredonne (ou vous fait écouter) une des ces oeuvres, vous allez la reconnaître mentalement, mais (et c'est là une différence avec la première suggestion) vous ne serez pas toujours capable de l'attribuer à un compositeur.

Que cela signifie-t-il ? A mon avis que n'avez jamais (et c'est bien normal) entrepris consciemment de mettre un nom sur des oeuvres que vous connaissez, même de compositeur que vous connaissez de prime abord.

Dernière expérience, cherchez dans votre mémoire quelques airs que vous avez entendus à droite à gauche et dont vous vous souvenez. Il m'est difficile sur ce site de vous entendre, mais je vous invite à vous rendre à la section "un petit jeu", et de voir si j'ai deviné juste. Les résultats sont parfois surprenant, comme je le disais. Vous allez fredonnez des airs dont les compositeurs vous sont souvent inconnus, ou du moins dans la deuxième catégories déjà citée.

Conclusion

Maintenant que vous savez qu'il y a de très bonnes choses à découvrir là où vous ne connaissez pas forcément les noms, vous allez voir que de nombreux inconnus ont produit des oeuvres que vous auriez pu fredonner. Car l'idée de ce site est de partir de ce que vous citez naturellement, ou surtout fredonnez naturellement, comme porte d'entrée dans l'univers de la musique classique. Pas la peine de partir de "grands" noms si vous ne pouvez mentalement qualifier la musique de tel ou tel "grand" nom. Partons plutôt de styles, de thèmes, d'idées, qui vous parlent déjà, et construisons nos sentiers sur ces indices.

En route !

A travers ces indices nous arriverons à des compositeurs aussi peu connus de l'imaginaire collectif que Paganini, Vieuxtemps, Kullak, Scharwenka, Litolff, Rimski-Korsakov, Moussorgsky, Saint-Saëns, Debussy, Tartini, Locatteli, De Falla, Albéniz, Lipinsky, Suk, Wieniawsky, Alkan, Arensky, Liapounov, Kabalevsky, Bantock, Bruckner, Chabrier, Chostakovitch, Glazounov, Glière, Hubay, Sarasate, ou Sgambati. A mon avis, tous ces compositeurs ont quelque chose qui nous parle, qui nous touche, qui nous grandit, et qui pourtant sont souvent absents des salles de concerts, des programmes radio, des musique de pub, des encyclopédies, des manuels de cours, des programmes de conservatoire, etc. Si j'ai cité ceux-ci et pas d'autres, c'est car je crois qu'ils sont une richesse immense de la musique et qu'ils méritent notre considération, et notre reconnaissance. Les premiers de cette liste ont même très souvent produits des oeuvres plus géniales que les "grands" noms, et étaient souvent bien plus connus à leur époque (par exemple Paganini est le premier humain de l'histoire à être une "star internationale" en musique, bien avant Michael Jackson). Ce sont ces compositeurs que nous allons découvrir ensemble, avec, bien entendu, ceux que nous avons déjà cités auparavant, mais peut-être pas de façon "orthodoxe".

Share