Tchaïkovsky : Cinquième symphonie en mi mineur, Op. 64

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Tchaïkovsky : Cinquième symphonie en mi mineur, Op. 64

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 4/5,
  • Époque : 1870-1910,
  • Effectif : Orchestre symphonique sans soliste,
  • Genre : Symphonie,
  • Durée : Longue,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    L'écroulement devant la force du Destin.

    Il est curieux de remarquer que les symphonies numérotées 5 ont souvent une qualité plus marquée que les autres de la série (Beethoven, Tchaikovsky, Prokofiev, Chostakovitch, avec quelques exceptions notables comme Bruckner ou Mahler). Créée en 1888, la Cinquième symphonie de Tchaïkovsky est la seconde du cycle communément appelé "les symphonies du Destin" regroupant les trois dernières du compositeur. Elle en est également la plus emblématique, puisqu'elle est la seule à avoir une idée fixe qui revient au cours de chaque mouvement de l'œuvre, et qu'elle est centrée presque exclusivement sur le Destin lui-même. La quatrième est plus vivante et moins totalisante, excepté son premier mouvement. Et la Sixième est bien plus sombre, plus résignée devant la misère du monde.

    Elle s'ouvre sur l'exposition du thème du Destin, doux, posé, puis enchaîne sur une marche qui n'est pas tout à fait funèbre, bien qu'elle soit chargée de tristesse, et qui évolue en une procession enflammée, sans perdre son aspect dubitatif. Une espèce d'errance sans but, malgré un entrain parfois fort. Les instruments se posent tour à tour en solistes sur le thème de la marche, avec quelques épisodes de tutti, soit martelant de façon plus incisive le thème, soit jetant des étincelles fugaces. Le mouvement se termine sur une sombre plainte des contrebasses, admirable.

    C'est dans le deuxième mouvement que la lutte s'engage, bien que ce soit le mouvement lent. Après une introduction assez gentille, les thèmes se déploient dans leur majesté. Ils sont brisés par des épisodes où les cuivres rappellent assez brutalement le Destin. De longs crescendos, parfois dérivés de Bruckner, nous entraînent vers des tensions insoutenables, désespérantes, où l'on a l'impression que tout s'écroule. Un mouvement d'une densité que seul Prokofiev retrouvera.

    Le Scherzo est assez décevant, il illustre un bal désarticulé, où le Destin surgit parmi les danseurs, sans un costume ironiquement rieur. Il sert surtout d'amorce au dernier mouvement qui est joué sans interruption, s'ouvrant sur le thème du Destin dans toute sa grandeur, à la fois belle et terrible, majestueuse et sombre, diabolique et humaine. Après un roulement de timbales magistral, il s'ensuit un enchainement de péripéties rapides, une course contre (ou vers) un fin tragique, commentée par des cris moqueurs (aux vents). Elle se termine sur une porte immense, incarnée par les cuivres, où les violons viennent s'écraser en hurlant, puis se disperser. Revient alors, dans une reprise géniale, le Destin, plus solide encore qu'auparavant, avant un final vif et sans joie sur ce même thème.

    Acheter

    Trois versions sortent du lot pour cette symphonie : celle de Gergiev, peut-être la plus perspicace, d'une intensité à la hauteur du sujet de l'œuvre ; celle de Jansons, plus aérienne, plus fluide, mais avec un présence moindre ; celle de Mvravinsky, la plus noire, la plus désespérée, mais aussi la plus désincarnée, le dernier mouvement perd de sa force, mais le premier y gagne sa meilleure interprétation.

    Tchaïkovsky : Symphonies 4 à 6, par Gergiev et le Vienna PO

    Tchaïkovsky, les symphonies, par Jansons et l'Oslo PO

    Tchaïkovsky : Symphonie n° 5 op. 64, par Mravinski et le Leningrad PO

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre


    Fatal error: Uncaught exception 'Google_Service_Exception' with message 'Error calling GET https://www.googleapis.com/youtube/v3/search?part=id%2Csnippet&q=Tchaikovsky+5+symphony+mi+minor++64&maxResults=25&order=relevance&regionCode=US&type=video&key=AIzaSyAX7O8mAbtCTAKiEJ9BP6puFw6VPkpkSxA: (403) The request cannot be completed because you have exceeded your <a href="/youtube/v3/getting-started#quota">quota</a>.' in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php:79 Stack trace: #0 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php(44): Google_Http_REST::decodeHttpResponse(Object(Google_Http_Request)) #1 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Client.php(499): Google_Http_REST::execute(Object(Google_Client), Object(Google_Http_Request)) #2 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Service/Resource.php(195): Google_Client->execute(Object(Google_Http_Request)) #3 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Goo in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php on line 79