Respighi : Concerto Gregoriano pour violon et orchestre

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Respighi : Concerto Gregoriano pour violon et orchestre

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 4/5,
  • Époque : 1910-1950,
  • Effectif : Grand orchestre avec soliste,
  • Genre : Violon et orchestre,
  • Durée : Classique,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    Curiosités vivantes sous le clair de lune

    Composé en 1921-22 en collaboration avec le violoniste qui le créa la même année, Mario Corti, ce concerto est le troisième pour violon et orchestre de Respighi (après son concerto en la majeur de 1903, inachevé, et le concerto all'antica de 1908). Il s'inscrit dans la philosophie adopté par le compositeur de faire revivre d'anciens modes, harmonies, ou sonorités, en les adaptant à la production musicale moderne. Dans ce concerto Respighi, comme son nom l'indique, part des chants grégoriens, de leurs modes et mélodies.

    Il s'ouvre sur une lente et douce mélodie orchestrale où le violon vient s'insérer délicatement. La dynamique prend de l'ampleur jusqu'à une transition vers une partie plus rapide introduite par le violon (bien que le mouvement reste annoté andante tranquillo). La tension se noue peu à peu, à grand renfort de cuivres et de percussions, sans excès cependant (comme très souvent chez Respighi, il utilise la masse orchestrale sans qu'elle lui échappe). Un motif se dégage, une succession de cinq notes, aux cordes de l'orchestre, qui reviendra plus tard dans le concerto. Respighi utilise beaucoup le legato du violon, en sons longtemps maintenus, accompagné par un fond sonore harmonique, aux cuivres et aux cordes. Plusieurs envolées virtuoses apparaissent, dont une première vers les aigus accompagnée de la harpe, du plus bel effet, suivie ensuite par une cadence au violon seul, avec de nombreuses double-cordes. Le mouvement se conclue dans un fondu très délicat entre les cordes aiguës de l'orchestre et le violon qui retrouve son calme, en longues notes.

    La transition est ininterrompue avec le second mouvement (andante espressivo et sostenuto), qui déploie une atmosphère lyrique, proche de celle des Pins de Rome (Pins près d'une catacombe), qui prend une dimension immense, imposante, grave mais sensuelle. Par la suite, on imagine une lente danse au clair de lune, au bord d'une eau calme, d'une nymphe en robe blanche translucide, gracieuse et svelte. Quelques transitions descendantes vers les graves du violon rappellent que nous ne sommes pas seuls. La tension revient, une fuite en avant s'amorce, rythmée par les graves coup de timbales ou des violoncelles/contrebasses, puis s'épuise doucement, dans la fatigue ou l'émerveillement d'une nouvelle découverte (?). La dernière partie, très lyrique, chaleureuse au possible, toujours délicate et élégante (notez l'utilisation du xylophone), parfois craintive, hésitante, conclut ce splendide mouvement lent (que l'on remarquera dépourvu de thématique nette). L'ambiance rappelle certaines oeuvres de Debussy par l'utilisation dominante des sons et de l'orchestration, et non des thèmes ou des motifs.

    A l'opposé (dans sa construction), le dernier mouvement est très thématique, vivant, imposant, affirmé, sûr de lui, virtuose, dynamique. L'orchestration est particulièrement colorée et bien équilibrée (l'ombre de Korsakov n'est pas loin), et le violon mène la danse, même s'il passe la main aux solistes des vents de temps en temps. Plusieurs moments de beaux tutti, souvent dans les sons graves (trombones et tuba dominant), de fines danses avec le violon, égrainant des séries de notes comme des perles luisantes, de retours vers le premier mouvement via des lents legato, de variations sur le thème dominant, tantôt inquiétantes tantôt éclatantes. Un final magnifique et grandiose vient conclure cette œuvre atypique. Un des plus beaux mouvements de concerto pour violon à mon goût.

    Acheter

    Peu enregistré, ce concerto me semble de très bonne facture dans la version de Cappelletti avec l'orchestre Philharmonia dirigé par Bambert.

    Concertos pour violon de Respighi

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre


    Fatal error: Uncaught exception 'Google_Service_Exception' with message 'Error calling GET https://www.googleapis.com/youtube/v3/search?part=id%2Csnippet&q=Respighi+Concerto+Gregoriano+violin+&maxResults=25&order=relevance&regionCode=US&type=video&key=AIzaSyAX7O8mAbtCTAKiEJ9BP6puFw6VPkpkSxA: (403) The request cannot be completed because you have exceeded your <a href="/youtube/v3/getting-started#quota">quota</a>.' in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php:79 Stack trace: #0 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php(44): Google_Http_REST::decodeHttpResponse(Object(Google_Http_Request)) #1 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Client.php(499): Google_Http_REST::execute(Object(Google_Client), Object(Google_Http_Request)) #2 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Service/Resource.php(195): Google_Client->execute(Object(Google_Http_Request)) #3 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Go in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php on line 79