Mahler : Sixième symphonie en la mineur ‘Tragique’

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Mahler : Sixième symphonie en la mineur ‘Tragique’

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 5/5,
  • Époque : 1870-1910,
  • Effectif : Grand orchestre sans soliste,
  • Genre : Symphonie,
  • Durée : Très longue,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    Le ciel vous tombe sur la tête. Et il vous assomme.

    On dit que la sixième de Mahler est la seconde de son cycle de symphonies purement instrumentales, si cela est techniquement vraie, il est difficile d'y voir un véritable cycle ou une quelconque unité. Si la sixième est absolument fidèle à l'orchestration générale de Mahler, elle sait se raccrocher à des bases éprouvées dans son traitement, là où la cinquième s'égarait parfois en expérience acoustique. Plusieurs signes visibles attestent de cette volonté de renouer avec une certaine tradition : forme en 4 mouvements, structures de type sonate, matériau thématique plus clair, on se rapproche des inspirations de sa première symphonie. Mahler, en fin chef d'orchestre, a bien analysé et compris les succès qui l'ont précédé chez d'autres compositeurs et reprend certaines recettes : idée fixe et narration de Berlioz, couleurs orchestrales de Korsakov, rythme de Tchaikovsky, développements de Bruckner, jeu harmonique de Wagner, impulsion de Dvorak, tout ce qui peut construire une œuvre instrumentale aux dimensions colossales est utilisé. Et Mahler réussit à produire une symphonie d'une heure et demi qui de traîne pas en longueur, malgré les nombreuses réexpositions, et qui atteint des sommets d'expression. La première eut lieu en 1904 avec un succès mitigé. Une caricature connue illustre les dimensions et la complexité (notamment pour les percussions) de la Sixième :

    Mahler - Sixième symphonie

    Mahler a proposé plusieurs versions de la symphonie qui différent essentiellement par la position du scherzo en deuxième ou en troisième position ; la réexposition de la longue première aventure du dernier mouvement ; la présence ou non du troisième coup de marteau à la fin du dernier mouvement. Pour avoir entendu toutes les versions possibles, celle qui me semble coller le plus à l'intuition profonde de l'œuvre est celle comportant le Scherzo en deuxième (l'Andante en troisième donc), la réexposition au début du final et le troisième coup de marteau (ce dernier point me semble même indispensable, Mahler, l'ayant supprimé car il le trouvait émotionnellement "trop fort" et croyait, avec son habituelle mégalomanie, que le public "n'y résisterait pas").

    Le premier mouvement s'ouvre sur une marche vigoureuse, menée par les contrebasses, et portée par une thématique guerrière éclatante. Sur un matériau assez simple (deux thèmes clairs), Mahler développe toute une procession, basée sur la répétition et la transformation subtile de ces deux thèmes, à la manière de Beethoven dans l'ouverture de la Cinquième symphonie. Il introduit également le thème du Destin, sur six coups de timbales, qui reviendra inlassablement et de façon de plus en plus obsédante, envahissante et tragique au cours du mouvement et dans le dernier de l'œuvre. Un souffle continu et imperturbable mais torturé emmène ce premier mouvement sur près d'une demi-heure. Si l'on doit associer une image à la symphonie, comme Mahler le suggère clairement, on évoquera le défilé héroïque et militaire du protagoniste, accompagné de ses ouailles, à la fois triomphants et vaniteux, grandioses mais orgueilleux, voulant signifier leur victoire oubliant qu'elle n'est pas forcément liée à leur propres qualités.

    Le second mouvement est bien plus confus thématiquement, mais il vaut justement par sa dimension de fanfare sans but, d'errance folle. Seul le Destin vient marteler son rire à l'oreille du héros ivre, tout le reste n'est que tourbillon de couleurs et de formes, assez indéfinis, mais toujours incisifs, lancinants, omniprésents bien qu'insaisissables. D'un point de vue orchestral, Mahler fait exprès d'amorcer des débuts de thèmes pour les perdre aussitôt, ce mouvement illustre que l'orchestration par motifs peut se révéler aussi pertinente et expressive que l'orchestration thématique, malgré un inévitable sentiment de confusion et d'interrogation. La narration est peu claire dans ce mouvement, on peut y voir le délire du héros, ayant mis de côté ses analyses et ses questionnements amorcés lors du premier mouvement, profitant de la jouissance de son retour de campagne, même si subsistent ça et là, via quelques dissonances, quelques écroulements vers les graves, quelques passages lents ou dépouillés : le rappel vers la réalité.

    Le troisième mouvement fait indubitablement penser à l'Andante de la symphonie du nouveau monde de Dvorak. Là encore deux thèmes clairs, subtilement et magnifiquement développés, via de longues phrases musicales, avec une dernière réapparition inattendue qui couronne admirablement ce mouvement, hautement pathétique quand on le replace dans le contexte de la totalité de la symphonie. Apologie ou dénonciation de la solitude, du doute, de la vanité des victoires humaines ? Chacun y verra le reflet de ses propres interrogations, sur d'excellents thèmes et développements. On regrettera peut-être une certaine longueur ou uniformité dans le mouvement, un manque de renouvellement qui aurait été bienvenu. Vu dans la globalité de l'œuvre, la rupture avec la profusion d'amorces de thèmes du scherzo est particulièrement intéressante et fait sens.

    Le dernier mouvement, qui s'étend sur près de trente-cinq minutes, peut être divisé en cinq parties : une première exposition, une réexposition, la rupture du premier coup de marteau, une reprise, le second coup de marteau, le douloureux réveil et la reconquête, le dernier coup de marteau qui brise le héros au sommet de sa gloire, et le final. Le dernier mouvement en ponctué de 3 coups de marteau, un instrument que Mahler a inventé pour cette symphonie, qui lui confère sa dimension théâtrale, immense, et terriblement tragique. Il est également rythmé par les rappels insidieux ou enflammés du thème du Destin, que l'on avait presque oublié depuis le premier mouvement. Le marteau intervient à trois moments-clés du mouvement pour frapper le héros imaginaire aux pics de ses conquêtes. Le premier intervient après un long développement reprenant les matériaux des deux premiers mouvements, tantôt ballade, tantôt marche guerrière, toujours pesante, malgré des tentatives d'apesanteur (cloches de vaches par exemple). Il vient littéralement briser le bonheur apparent du héros. Ce dernier ne succombe pas : après un vacillement du au choc, il repart de plus belle, enragé comme une bête piquée au vif, avant de retrouver une certaine sérénité, qui se voit brisée par le second coup. Celui-ci le met à terre, et il lui faut un lent réveil, une lente progression pour revenir vers la vie et ses chants heureux. Et sur une légère dissonance précédent le désastre du dernier coup de marteau, on prend conscience de toute la machinerie diabolique mise en place par Mahler, le Destin prend véritablement sa revanche et abat le héros qui l'avait méprisé, malgré ses nombreuses prédictions. Le final directement dérivé de Schéhérazade expose la plainte lamentable du héros aux portes de la mort, jusqu'au râle final, dans un rappel grandiose du Destin, victorieux. Comme toujours.

    On réalise après le dernier pizzicati, sombre et lugubre, le génie et la portée de l'œuvre, qui expose tous les rêves et les espoirs humains, les poussant jusqu'à la caricature, pour mieux les briser par l'étreinte proprement tragique du Destin, autre nom de la Réalité. C'est l'essence même du tragique : le refus de la réalité ne conduit qu'à la mort ou à la folie.

    Acheter

    Pour avoir essayé de nombreuses versions, et suivant les critères que je m'impose et que j'explique dans le début de l'article, une version sort du lot, celle de Bernstein avec le Philharmonique de Vienne. Gergiev avec le LSO choisit une voie surprenante, celle de la vivacité, ses tempos sont rapides, et les effets de masse ou de puissance sont atténués, les coups du destin sont presque inaudibles. Barbirolli opte pour la fluidité ce qui tempère l'âpreté de la symphonie. Karajan n'est pas assez investi des intentions mahlériennes pour faire honneur à cette symphonie, une version propre certes, mais sans le relief nécessaire.

    Mahler par Bernstein, volume 2 : Symphonies 5 à 8

    Symphony 6, par Bernstein et le Phliharmonique de Vienne

    Un discographie complète de la Sixième est disponible ici, elle illustre le nombre sidérant d'enregistrements qui existent.

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre

    Showing results for "Mahler 6 symphony la minor Tragic"

    • Gustav Mahler: Symphony No. 6 (Lucerne Festival Orcherstra, Claudio Abbado)

      Description
      Recorded live at the Lucerne Festival, Summer 2006 Culture and Convention Centre Lucerne, 10. August 2006 Lucerne Festival Orchestra Claudio Abbado ...

       

    • Mahler - Symphony No.6 in A minor "Tragic" - IV, Finale: Sostenuto/Allegro moderato/Allegro energico

      Description
      The Symphony No. 6 in A minor by Gustav Mahler, sometimes referred to as the Tragische ("Tragic"), was composed between 1903 and 1904 (rev. 1906; scoring ...

       

    • Gustav MAHLER - Symphony N° 6 in A minor "Tragic" for organ

      Description
      Gustav MAHLER (cliquez sur "Plus" / click on "Show more") Symphony N° 6 in A minor "Tragic" for organ / Transcription for organ by Paul Sterne Paul Sterne, ...

       

    • Mahler Symphony No 6 Bernstein by wiener philiharmoniker

       

    • Mahler: Symphony No 6, 1st movement (Valery Gergiev, London Symphony Orchestra)

      Description
      Valery Gergiev conducts the London Symphony Orchestra performing Mahler's sixth symphony. Recorded in November, 2007. http://bit.ly/bUy3T Click for more ...

       

    • Mahler - Symphony No. 6 in A Minor "Tragic" - І. Allegro energico, ma non troppo

      Description
      להורדה מ-iTunes https://itunes.apple.com/il/album/symphony-no.-6-in-minor-tragic/id587974796?i=587975268&uo=4&at=10layv Conductor: Antal Dorati The ...

       

    • Mahler : Symphony No. 6 in A minor

      Description
      Mahler:Symphony No.6 in A minor DR Symphony Orchestra cond. Leif Segerstam All copyrights belong to their respective owners.

       

    • 6 Hammers from Mahler's Symphony no. 6 'Tragic'

      Description
      A quick split-screen comparison of 6 different hammers used by major orchestras in the performance of Gustav Mahler's Symphony No. 6 "Tragic." Featuring ...

       

    • Mahler: Symphony #6 in A Minor "Tragic" - II Andante moderato (1/2)

      Description
      Mariss Jansons, London Symphony Orchestra.

       

    • Gustav Mahler: Symphony No. 6 in A minor (Bernstein, Wiener Philharmoniker)

      Description
      Allegro energico, ma non troppo. Heftig, aber markig • 23:17 Scherzo: Wuchtig • 37:33 Andante moderato • 53:51 Finale: Sostenuto - Allegro moderato - Allegro ...

       

    • Gustav Mahler Symphony No.6 Andante Moderato

      Description
      The Andante Moderato third movement is an idyllic haven away from the turmoil of the symphony's other movements. Symphony No. 6 way nicknamed 'Tragic' .

       

    • Mahler Symphonie No 6 Bernstein Wiener Philharmoniker, Unitel 1976

       

    • G. Mahler - Sinfonia n. 6 "Tragische"

      Description
      Gustav Mahler (1860-1911) - Sinfonia n. 6 per orchestra in la minore "Tragische" (1903-1905, rev. 1906) 0:00 - I. Allegro energico, ma non troppo. Heftig, aber ...

       

    • Stanford Symphony Orchestra performs Mahler's Symphony No. 6

      Description
      The 120 musicians of the Stanford Symphony Orchestra rehearse at Bing Concert Hall for a performance of Mahler's Symphony No. 6 in A minor, “Tragic.

       

    • Mahler Symphony No. 6 - Szell, Cleveland Orchestra (Live)

      Description
      http://www.youtube.com/user/TigiWhite/videos Gustav Mahler - Symphony No. 6 in A minor ("Tragic") 00:00 - 1. Allegro energico, ma non troppo. Heftig, aber ...

       

    • Mahler: Symphony #6 in A Minor "Tragic" - IV Sostenuto - Allegro energico (2/3)

      Description
      Mariss Jansons, London Symphony Orchestra.

       

    • Hartmut Haenchen - Mahler: Symphony No.6 in A minor

      Description
      More info: http://www.icaclassics.com This outstanding performance of Mahler's Sixth Symphony formed part of Hartmut Haenchen's Mahler Cycle with the La ...

       

    • Gustav Mahler – Symphony No. 6

      Description
      Kolja Blacher · Natalia Gutman · Sabine Meyer · Lucerne Festival Orchestra · Claudio Abbado The Lucerne Festival each year opens with a concert given by the ...

       

    • MAHLER: Symphony no. 6, Scherzo / CYSO's Symphony Orchestra · Tinkham

      Description
      GUSTAV MAHLER Symphony no. 6, A minor (Tragic), Scherzo Chicago Youth Symphony Orchestras Symphony Orchestra Allen Tinkham, Music Director May ...

       

    • Mahler: Symphony #6 in A Minor "Tragic" - IV Sostenuto - Allegro energico (3/3)

      Description
      Mariss Jansons, London Symphony Orchestra.

       

    • An Emotional Journey | FEB 27 & 28 - Mahler 6 Hammer

      Description
      Tickets at https://tickets.theclaycenter.org/public/loader.asp?target=show_events_list.asp?shcode=1334 Schubert: Symphony No. 5 Mahler: Symphony No. 6 ...

       

    • Mahler: Symphony nº 6 - Dima Slobodeniouk - Sinfónica de Galicia

      Description
      GUSTAV MAHLER (1860-1911) Sinfonía nº 6 Allegro energico, ma non troppo. Heftig, aber markig (24:47) Andante moderato (41:22) Scherzo. Wuchtig (55:16) ...

       

    • Gustav Mahler, Symphony No. 6 in A minor: III. Andante moderato. SWR

      Description
      Gustav Mahler, https://www.youtube.com/playlist?list=PL7Ya_z08dGHkIIffJeEFCyZpNd-s0NZwp Symphony No. 6 in A minor: Andante moderato. ~ South West ...

       

    • Gustav Mahler: Symphony No. 6 in A minor (III. Andante moderato)

      Description
      Bernstein, Wiener Philharmoniker.

       

    • Mahler 6 Finale Performance

      Description
      Cornell Symphony Orchestra Saturday, November 19, 2016 Bailey Hall Performance of Gustav Mahler's 6th Symphony, finale Chris Younghoon Kim, conductor.