MacDowell : Deuxième concerto pour piano, Op. 23

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

MacDowell : Deuxième concerto pour piano, Op. 23

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 4/5,
  • Époque : 1870-1910,
  • Effectif : Grand orchestre avec soliste,
  • Genre : Piano et orchestre,
  • Genre : Piano et orchestre,
  • Durée : Classique,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    Composé en 1890, le concerto de MacDowell est dans la lignée des grands concertos romantiques, et plus particulièrement dans l'héritage de ceux de Liszt. La forme du concerto est ainsi fondue, les trois mouvements bien distinct faisant place à un ensemble continu, employant les mêmes éléments, le jeu du piano est virtuose et fluide, l'atmosphère est à la fois d'un pathétisme lugubre ou diabolique et d'un lyrisme sans borne. Par contre, il manque la subtilité ou la spontanéité d'un Chopin.

    Sombre, très sombre introduction, à l'orchestre, sans un tempo lent, lugubre. Le piano entre en fracas dans un phrase impérieuse et tragique, insistant sur les graves, puis déploie une cadence tout aussi sombre, furieuse, pleine de tension. L'atmosphère est posée : ce sera une errance au milieu de morts, de souvenirs de plaisirs perdus, de mémoire de personnages aimés. L'utilisation des cuivres, de façon lente et continue, les trompettes dominant la masse orchestrale, les vents et les cordes dans des séquences lentes, presque figées, et le caractère imposant et tragique du piano, que ce soit dans les aigus, les graves, ou lors de superbes decrescendos, concordent à construire cette étrange atmosphère. Seul le début de la seconde moitié du mouvement voit la lumière apparaitre, grâce aux flutes et aux aigus du piano avant de replonger dans une magistrale séquence pathétique (vers 8'45"). Le lyrisme revient brièvement, dans une belle envolée romantique (souvenir de l'être aimé ?), et conclut le mouvement.

    Le mouvement central est un Scherzo proche de ceux de Litolff, mais avec la force thématique en moins. MacDowell se concentre plus sur les motifs et les effets dansants, tout en rappelant le pathétisme initial via quelques descentes dans les graves ou l'intervention des cuivres, des percussions, ou des contrebasses.

    l'interlude terminé, le troisième mouvement poursuit la déambulation macabre du premier, utilisant les mêmes thèmes, et parfois les mêmes séquences (en amplifiant leur portée). La deuxième moitié est cependant sur un tempo rapide, et figure une course mêlant souvenirs joyeux et brefs rappels à la réalité, aussi grandioses qu'imposants, avant un final passionnément lyrique. Seule la note finale du piano laisse un doute sur le caractère joyeux de la conclusion.

    Acheter

    Très peu enregistré, ce concerto possède néanmoins une version tout à fait correcte dans la série d'Hypérion "The Romantic Piano Concerto" :

    Edward Macdowell : Concertos Pour Piano

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre


    Fatal error: Uncaught exception 'Google_Service_Exception' with message 'Error calling GET https://www.googleapis.com/youtube/v3/search?part=id%2Csnippet&q=MacDowell+2+concerto+piano++23&maxResults=25&order=relevance&regionCode=US&type=video&key=AIzaSyAX7O8mAbtCTAKiEJ9BP6puFw6VPkpkSxA: (403) The request cannot be completed because you have exceeded your <a href="/youtube/v3/getting-started#quota">quota</a>.' in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php:79 Stack trace: #0 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php(44): Google_Http_REST::decodeHttpResponse(Object(Google_Http_Request)) #1 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Client.php(499): Google_Http_REST::execute(Object(Google_Client), Object(Google_Http_Request)) #2 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Service/Resource.php(195): Google_Client->execute(Object(Google_Http_Request)) #3 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/S in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php on line 79