Chostakovitch : Cinquième symphonie en ré mineur, Op. 47

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Chostakovitch : Cinquième symphonie en ré mineur, Op. 47

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 4/5,
  • Époque : 1910-1950,
  • Effectif : grand orchestre sans soliste,
  • Genre : Symphonie,
  • Durée : Longue,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    Violence, héroïsme, nihilisme

    Composée rapidement en 1937 et créée la même année sous la direction du virulent Mravinski, la cinquième symphonie est souvent présentée comme une réponse soviétique à la trop innovante quatrième symphonie (pourtant non jouée avant 1961). Si elle s'oppose assez ostensiblement à la quatrième par sa forme et ses thèmes, elle n'est pas à jeter dans le fourbis des "oeuvres patriotiques" commandées par le régime soviétique, même si elle répond à la plupart de ses critères.

    Ce qui me frappe le plus est le caractère prémonitoire de cette œuvre au regard des évènements historiques qui vont bientôt advenir (totalitarismes, deuxième guerre mondiale, bataille de Stalingrad et autres sujets d'exaltation héroïques soviétiques, naufrage de l'Europe, sombre désespoir). Cela est d'autant plus frappant que l’œuvre n'a pas ces caractères, mais elle les dénonce, elle les expose dans une dynamique artistique particulièrement efficace. Sans aller plus loin dans ce parallèle, concentrons-nous maintenant sur la musique.

    Chostakovitch n'hésite pas à jouer avec les dissonances et les fortissimo dans cette symphonie, que ce soit pour créer des tensions particulièrement expressives ou des vagues submergeant toute réalité. Ce n'est pourtant pas l'ouverture sombre, lente, impliquant peu d'instrument mais tout de même imposante qui laisse présager ces débordements. On est ici pleinement dans une nocturne, mais loin de l'ambiance romantique habituellement associée à ce terme, il s'agit plutôt de l'angoisse dans les ténèbres avant une grande explosion. Mais des instants poétiques, légers, tels des fumées bleues viennent planer sur ce paysage pour lui donner ses notes d'espoir.

    Ce sentiment ambigu à la fois inquiétant et riche d'espoir, angoissant et virevoltant se développe dans les trois premiers mouvements, et atteint une apogée presque orgiaque dans le second mouvement, sous la forme d'une danse. Danse quelque peu ridicule mais par excès d'énergie ou de vitalité, un peu à la manière d'une bacchante, mais qui reste toujours positive et ascendante. Ce sentiment positif, plutôt occulté dans les deux premiers tiers du troisième mouvement, sombre et immobile, sans lourdeurs, réapparait à la fin, note poétique d'une belle légèreté.

    Tout cela s'effondre (ou se magnifie ?) dans le final sous la forme d'une marche de caractère militaire, tour à tour héroïque et splendide, grinçante et excessive, désordonnée et déstructurée, éclatante et explosive, elle n'est jamais réellement poétique, ni subtile, ni gracieuse. Elle impose une énergie que l'on a rarement entendue aussi envahissante en musique. Peut-être est-ce son caractère vain, violent, mécanisant, répétitif ? Son thème porté par les cuivres, certes brillant mais non convaincant et non développé ? Les volutes bruyamment pétées aux cordes dans toute la dernière partie ? La presque délicate partie centrale et son final à la harpe seul ?

    Je ne sais pas, mais c'est à mon sens un des mouvements où Chostakovitch joue le mieux sur les limites entre le vulgaire et le grandiose, proposant des contrastes brutaux mais digérables, sans tomber du côté du vulgaire ou du ridicule.

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre


    Fatal error: Uncaught exception 'Google_Service_Exception' with message 'Error calling GET https://www.googleapis.com/youtube/v3/search?part=id%2Csnippet&q=Chostakovitch+5+symphony+re+minor++47&maxResults=25&order=relevance&regionCode=US&type=video&key=AIzaSyAX7O8mAbtCTAKiEJ9BP6puFw6VPkpkSxA: (403) The request cannot be completed because you have exceeded your <a href="/youtube/v3/getting-started#quota">quota</a>.' in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php:79 Stack trace: #0 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php(44): Google_Http_REST::decodeHttpResponse(Object(Google_Http_Request)) #1 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Client.php(499): Google_Http_REST::execute(Object(Google_Client), Object(Google_Http_Request)) #2 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Service/Resource.php(195): Google_Client->execute(Object(Google_Http_Request)) #3 /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/G in /home/vivremus/www/wp-content/plugins/wp2yt-uploader/inc/Google/Http/REST.php on line 79