Berlioz : Symphonie Fantastique, Op. 14

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Berlioz : Symphonie Fantastique, Op. 14

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé en images !

  • Appréciation : 5/5,
  • Époque : 1830-1870,
  • Effectif : Grand orchestre sans soliste,
  • Genre : Symphonie,
  • Durée : Longue,
  • Indiquez si vous appréciez cette oeuvre !

    Cette action est réservée aux inscrits.

    > Découvrez une oeuvre similaire en cliquant ici <

    De quelle musique s'agit-il ?

    Épisodes de la vie d'un artiste, le romantisme avec tout son feu.

    Éléments historiques

    Il est peu de date à retenir en musique classique, mais 1830 fait partie de celles-ci. Il s'agit de l'année de la création de la Symphonie Fantastique de Berlioz, au Conservatoire de Paris (dont le locaux existent toujours et se situe dans le Xème arrondissement, et une plaque commémore l'évènement à l'entrée du Conservatoire). Cette n'est effectivement pas anodine car elle représente une virage majeur dans l'histoire de la musique classique. Avec la Symphonie Fantastique, l'ensemble de l'orchestration moderne est défini : il s'agit de la première œuvre qui affirme et assume entièrement le romantisme alors en germe, toute en développant des directions de compositions qui seront suivis par la suite au cours de l'ensemble du siècle, pour le moins. Il est important de préciser que cette symphonie fut un triomphe, malgré la jeunesse et l'absence de notoriété de Berlioz, et que tout Paris en parla (il suffit de considérer les journaux et les caricatures de l'époque).

    Wagner a dit que la "dernière symphonie" était la Neuvième de Beethoven. Il avait raison dans un certain sens, celui qui clos définitivement la symphonie sur des bases classiques. En revanche il est tout aussi juste de dire que la Fantastique de Berlioz est la "première symphonie", dans le sens de la symphonie romantique. La Fantastique donne l'impression d'être la première vraie symphonie qui ait jamais été composée, tellement elle diffère de ses ancêtres, et tellement elle annonce toute la modernité du XIXème siècle. Wagner empruntera d'ailleurs énormément à cette modernité, qu'il contribuera à faire évoluer. Bien entendu certains esprits chagrins vous diront qu'on peut retrouver dans la fantastique des traces de l'esthétique précédente. C'est indubitable. Mais ils sont tellement loin de constituer une proportion visible de l'œuvre que ces "héritages" sont proprement négligeables.

    Quelles sont ces innovations qui feront école ? Prises isolément elles pourraient ne pas sembler si révolutionnaires (encore que...). Mais c'est leur combinaison qui est proprement révolutionnaire. Listons les principales : forme (5 mouvements liés par une cohérence thématique et narrative, à l'inverse de la cohérence rythmique des œuvres classiques) ; sujets traités riches, complexes, vastes et profonds ; thèmes proposés incroyablement pertinents ; orchestration colorée, très riche, bouleversant les équilibres établis (rôle des cuivres et des percussions notamment) ; structure interne des mouvements basée sur une déroulement narratif plus qu'orchestral ; retours, variations et débordements des thèmes principaux sur plusieurs mouvement ; abandon du Scherzo au profit d'une valse ; dépouillement orchestral dans le mouvement "lent" ; introduction progressive, à la manière d'une ouverture d'opéra ; phrases musicales non répétitives et développements porteurs de sens. Voilà pour les principaux que je vais détailler, mais j'en oublie certainement. Enfin il convient de souligner que si la Fantastique signe un nouveau départ pour l'orchestre, son aspect novateur n'est pas simplement technique, il est également esthétique. C'est la double force de cette oeuvre d'allier une avancée technique indubitable avec un apport et réussite esthétique comparable.

    Une forme révolutionnaire

    La Fantastique se présente en cinq mouvements, ce qui est déjà très rare (le seule exemple connu est la Sixième de Beethoven). De plus, les mouvements ne sont pas différenciés par le tempo ou le rythme comme classiquement (allegro-adagio-scherzo-allegro), mais par une volonté narrative globale. Un parallèle peut rapidement être fait avec la Sixième de Beethoven, car elle propose une inspiration concrète (rurale, pastorale, l'été, l'orage, etc..), mais uniquement de façon épisodique, pas par une volonté de cohérence globale. Dans la Fantastique, les mouvements se répondent les uns les autres, la trame narrative donne son souffle à chacun d'eux. En réalité le sous-titre de l'œuvre "épisodes de la vie d'un artiste" annonce cette idée. L'auditeur suit un narrateur fictif, tour à tour jeune fou amoureux, égaré dans un bal de noblesse, en proie à des inquiétudes mortelles, des désespoirs atroces, conduit à la mort, exécuté brutalement sous les jurons de la foule, ou délirant, rêvant de démons et de sorcières, d'apocalypse ou de gigantesques feux de joie, accompagnés de la sentence ou divine ou diabolique.

    Richesse et profondeur des sujets abordés

    Comme nous venons de le souligner, la Fantastique aborde différents sujets au sein de ses mouvements, en suivant une narration. En soi ce procédé narratif existe déjà dans certaines symphonies classiques qui s'inspirent d'une impression constatée lors de l'admiration d'un paysage, d'un animal, d'une situation donnée, ou d'un élément narratif quel qu'il soit. La Fantastique couronne et dépasse cette idée en traitant dans son développement de la vie, la mort, l'amour, la folie, le désespoir, le grandiose et la misère. En ce sens l'oeuvre est proprement romantique car elle prend naissance dans les sentiments parfois violents qui habitent l'artiste. La gravité, la profondeur, la dimension de l'oeuvre s'en trouvent radicalement modifiée par rapport aux inspirations antérieures. Même chez Beethoven, où la gravité et la profondeur sont (parfois) évidentes, elles restent attachées à un thème unique, qui souvent est le destin ou la mort, voire la joie (quoiqu'un peu béate dans la Neuvième).

    Pertinence des thèmes

    L'ensemble de l'œuvre est porté par le thème dit "de la femme aimée" qui apparait doucement aux violons dans le premier mouvement. Immédiatement ce thème est clairement identifié, facilement mémorisable, suffisamment long pour subir des variations sans se dénaturer, et il possède également une vertu rare de pouvoir évoquer, selon l'orchestration qui le présente, des sentiments variés, différents voire opposés. De doux et langoureux (souvent aux violons), à cruel et destructeur (bois), de triste et morne (vents) à moqueur et diabolique (vents et bois), de léger et dansant (cordes) à lourd et atroce (cordes et cuivres), il s'agit toujours du même thème, toujours reconnaissable. Outre ce thème résonne dans le dernier mouvement la terrifiante danse macabre, portée par les cuivres graves, un tempo lent et le thème du Dies Irae (originellement de Thomas de Celeno). Là encore ce thème paralyse l'auditeur par sa puissance et sa clarté, autant que par la dimension des cuivres qui le portent.

    Orchestration virtuose

    Dans l'orchestration de Berlioz, il n'y a plus grand chose de commun avec ces prédécesseurs. Berlioz prend la mesure des possibilités musicales d'un orchestre et va les exploiter de façon inédite et magistrale. Le point le plus marquant est certainement l'utilisation des cuivres, qui passent d'accompagnateurs à véritables acteurs sur le devant de la scène, de façon éclatante dans les deux derniers mouvements. Mais avant cela les cordes ont déjà changé d'univers : de piliers incontestables de l'orchestre, elles sont reléguées au rang d'acteurs parmi les autres. Cela autorise les vents et les bois a être plus audibles et à porter les thèmes conjointement. Cela autorise également les contrebasses à être plus présentes, là où elles étaient souvent uniquement des renforts pour les violons. Les percussions se métamorphosent de donneurs de rythme en éléments scéniques et narratifs (orage, marche au supplice, coups de folie). Enfin Berlioz ajoute carrément de nouveaux instruments, les cloches, pour une entrée particulièrement réussie dans l'histoire de la symphonie. On insistera sur le dépouillement de l'orchestration dans le troisième mouvement, où les bois poussent de brèves plaintes, parfois sans thème, avant les roulements de l'orage.

    Structure interne et développement narratif

    De l'ouverture de l'œuvre qui prend le temps d'installer le décor avec l'entrée des personnages au cataclysme final, annoncé par la vision divine ou diabolique, chaque phase de la symphonie est régi par le développement narratif. Il n'y a quasiment pas de développement musical dans l'œuvre (réexposition, déclinement d'un thème, variations techniques, habillage via des motifs). En ce sens il n'y a pas "d'inutile", pas de passages "à vide" ou "pour combler", chaque phase a son sens. Cela pourrait être dommageable à l'œuvre, l'auditeur apprécie d'avoir les thèmes réexposés, ou les développement musicaux, et certaines œuvre tirent leur longueur de ce procédé, et également leur qualité. Mais Berlioz ne tombe pas dans le piège du changement vain, il s'agit de faire avancer l'histoire et de maintenir l'auditeur en haleine. Il existe une sorte de suspens dans l'œuvre qui lui confère sa profondeur. Bien entendu il y a des reprises ou réexpositions, mais elles entrent dans ce schéma narratif, par exemple les deux vagues de la Marche au supplice, ou les danses du Bal.

    En résumé

    En conclusion la Fantastique fait partie de ces œuvres géniales, qui ont inspiré des générations de compositeurs, et dont l'écoute est un éternel bonheur, tant elles sont riches. Concernant les différentes versions existantes, il importe de trouver la version qui respecte le mieux le point de vue du compositeur (comme toujours). Cela élimine toutes les interprétations classiques ou beethoveniennes, les versions sans relief, les versions avec une marche au supplice joyeuse, les versions avec un mouvement lent ennuyeux, les versions avec un bal statique, les versions avec des cloches absentes ou peu audibles, et les versions sans dynamisme. Il reste celle que je vous invite à écouter ci-après.

    Acheter

    La version de référence pour cette symphonie est celle enregistrée par Charles Munch et le Boston Symphony Orchestra. Je trouve la marche au supplice un peu trop glorieuse, cependant. La version date de 1954 et malgré une restauration de qualité, un souffle parasite reste audible.

    Berlioz : Symphonie Fantastique, par Charles Munch et le Boston Symphony Orchestra

    De très bonne facture également celle de Colin Davis et le Concertgebow Orchestra d'Amsterdam, qui a également eu le bon goût d'enregistrer une intégrale des oeuvres orchestrales de Berlioz. Cela révèle sa connaissance du compositeur et sa passion pour sa musique. La marche au supplice est modifiée pour reprendre la longue introduction une deuxième fois, ce qui rallonge le mouvement d'une minute environ. A notre avis, cela ne nuit pas à l'oeuvre.

    Berlioz : Symphonie Fantastique, par Colin Davis et le Concertgebow Orchestra d'Amsterdam

    Ou en deux CDs avec Harold en Italie

    Plus étrange, la version de Markevitch avec l'Orchestre Lamoureux, jouant sur des brisures de tempos, et des contrastes plus marqués, permettant de découvrir l'oeuvre sous un autre jour, sans trop la dénaturer. Des cuivres propres et terrorisants.

    Berlioz : Symphonie Fantastique, par Igor Markevitch et l'Orchestre Lamoureux

    Découvrez une production comparable !

    Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

    La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

    Share

    Quelques vidéos de cette oeuvre

    Showing results for "Berlioz symphony Fantastic 14"

    • Berlioz - Symphonie fantastique, Op 14 - Jansons

      Description
      Hector Berlioz Symphonie fantastique, Op 14 1 Rêveries - Passions (Daydreams - Passions) 2 Un bal (A ball) 3 Scène aux champs (Scene in the Country) 4 ...

       

    • Berlioz - Symphony fantastique, Op 14 - Abbado

      Description
      Hector Berlioz Symphony fantastique, Op 14 Chicago Symphony Orchestra Claudio Abbado.

       

    • Hector Berlioz - Symphonie fantastique op. 14 (full)

      Description
      Orchestra of the University of Music FRANZ LISZT Weimar Conductor: Nicolás Pasquet The Weimar students taking degrees in orchestral instruments come ...

       

    • Hector Berlioz - Symphonie Fantastique

      Description
      Composer: Hector Berlioz (11 December 1803 -- 8 March 1869) - Orchestra: New Philharmonia Orchestra - Conductor: Leopold Stokowski - Year of recording: ...

       

    • Berlioz: Symphony Fantastique Op. 14 / Sir Colin Davis & LSO

      Description
      Hector Berlioz: Symphony Fantastique Op. 14 Sir Colin Davis & London Symphony Orchestra. Symphonie fantastique: Épisode de la vie d'un Artiste...en cinq ...

       

    • Hector Berlioz - Symphonie Fantastique, Op. 14

      Description
      Boston Civic Symphony - 90th Season Taichi Fukumura, Associate Conductor 'An Episode in the Life of an Artist' I. Reveries, Passions 00:40 II. A Ball 15:20 III.

       

    • Berlioz - Symphonie fantastique (Mariss Jansons conducts, Proms 2013)

      Description
      Berlioz - Symphonie fantastique Mariss Jansons conductor Bavarian Radio Symphony Orchestra Proms festival 2013, London Royal Albert Hall (Mariss Jansons ...

       

    • Hector Berlioz - Symphonie fantastique Op.14, CSO/Alexander Bedenko guest principal clarinetist.

      Description
      Chicago Symphony Orchestra Alexander Bedenko, guest principal clarinetist Stephane Deneve, conductor.

       

    • Berlioz: Symphonie fantastique - Ozawa: BSO - IV - 4/5

      Description
      Hector Berlioz (1803-1869): Symphonie fantastique,Op.14 (Épisode de la vie d'un artiste, symphonie fantastique en cinq parties) (1830) IV Marche au supplice ...

       

    • Berlioz :Symphonie fantastique

      Description
      Berlioz: Symphonie fantastique Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire André Cluytens ( Japan, live recording.1964) no copyright infringement ...

       

    • ベルリオーズ:「幻想交響曲」 作品14 モントー/ウィーン・フィル Berlioz〈Symphonie fantastique〉op.14

      Description
      ピエール・モントゥー Pierre Monteux ウィーン・フィルハーモニー管弦楽団 Vienna Philharmonic Orchestra 1958年 録音 REC 第1楽章:夢・情熱 0:00...

       

    • Berlioz - Symphonie Fantastique Op.14 Karajan Philharmonique de Berlin 1974

      Description
      Conducteur : Herbert von Karajan Orchestre Philharmonique de Berlin Octobre 1974, février 1975 Berlin Épisode de vie d'un artiste 1 Premier ...

       

    • Hector Berlioz - Berlioz - Symphony Fantastique Op.14 - 1 Reveries - Passions

      Description
      Hector Berlioz - Berlioz - Symphony Fantastique Op.14 - 1 Reveries - Passions (performed by unknown) Hector Berlioz (French: [?kt?? b??ljo?z]; 11 December ...

       

    • Berlioz - Symphonie fantastique, Op. 14: IV. March to the Scaffold - Royal Philharmonic Orchestra

      Description
      Royal Philharmonic Orchestra, conducted by Massimo Freccia. The Symphonie fantastique grew out of Berlioz's obsession with the English actress Harriet ...

       

    • Berlioz: Symphonie fantastique, Op.14 - 4. Marche au supplice (Allegretto non troppo)

      Description
      Provided to YouTube by Universal Music Group North America Berlioz: Symphonie fantastique, Op.14 - 4. Marche au supplice (Allegretto non troppo) · Royal ...

       

    • Hector Berlioz: Symphonie fantastique, Op. 14

      Description
      NYO-USA performs Berlioz's Symphonie fantastique in Carnegie Hall on July 11, 2015, under the direction of Charles Dutoit. Watch additional highlights from ...

       

    • Berlioz- Symphonie Fantastique, Op. 14

      Description
      Cond : Charles Munch Orch : Orchestre De Paris.

       

    • Berlioz - Symphonie Fantastique - Dream Of A Witches Sabbath

      Description
      Berlioz - Symphonie Fantastique - Dream Of A Witches Sabbath.

       

    • Berlioz Symphonie fantastique op.14

      Description
      Berlioz Symphonie fantastique op.14 1. Reveries - Passions 00:00 2. Un bal 13:58 3. Scene aux champs 20:08 4. Marche au supplice 35:31 5. Songe d'une nuit ...

       

    • Berlioz Symphonie Fantastique (sinfonía fantástica) op.14 conductor: Charles Dudoit

      Description
      Broadcasted first time by NHK. Concert in Japan.

       

    • Berlioz: Symphonie Fantastique, Leonard Bernstein, Orchestre National de France

      Description
      1st movement - "Day Dreams -- Passions" 00:00 2nd movement - "A Ball" 13:40 3rd movement - "Scene in the Countryside" 20:30 4th movement - "March to the ...

       

    • Berlioz - Symphonie Fantastique - March To The Scaffold

      Description
      Berlioz - Symphonie Fantastique - March To The Scaffold.

       

    • Berlioz: Symphonie fantastique Op. 14

      Description
      Anima Eterna, Jos van Immerseel I. Rêveries - Passions: Allegro agitato e appassionato assai [00:00] II. Un bal (valse) : Allegro non troppo [15:09] III. Scène aux ...

       

    • Berlioz: Symphonie Fantastique - 4th & 5th Movement

      Description
      Berlioz: Symphonie Fantastique N향 Myung-Whun Chung, conductor February 5th, 2011 NHK Symphony Hall, Tokyo.

       

    • Berlioz — Symphonie Fantastique [National Youth Orchestra]

      Description
      BBC Proms 2010 NYO Conductor : Semyon Bychkov.