Beethoven Ludwig van

Découvrir, partager, mieux connaître le meilleur de la musique : vivez la musique classique autrement !

Beethoven Ludwig van

Mots-clés associés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Qu'a-t-il donc composé ?

Trouver les oeuvres de ce compositeur via cette recherche :

Indiquez si vous appréciez ce compositeur !

Cette action est réservée aux inscrits.

> Découvrez un compositeur similaire en cliquant ici <

Qui était-il ? Quelle était sa musique ?

Compositeur allemand né en 1770 et disparu en 1827, Beethoven est un nom particulièrement connu de l'histoire de la musique, et ce, à juste titre. Image du romantique passionné, voire fou, au portait extravagant, devenu sourd progressivement d'environ 29 à 35 ans, mais continuant de composer jusqu'à la mort, professeur et inspirateur de dizaines de compositeurs également célèbres, son ombre portée sur le début du XIXème siècle est immense. Malgré un succès aux débuts incertains, il s'impose sur la scène musicale de l'époque d'abord pour ses compositions pour le piano, puis par ses symphonies (à partir de la Troisième), et est largement célèbre, connu et reconnu au moment de sa dernière, la Neuvième, qui reçoit une réception triomphale en 1824. Compositeur prolixe et s'essayant à tous les genres sauf l'opéra qu'il dédaigne, il a laissé une trace visible dans presque chacun d'entre eux (exception faite du violon où il n'inventa ni n'apporta rien). Auteur de plus de 1.. pièces, dont 9 Symphonies, 5 concertos pour piano et orchestre, un concerto pour violon et orchestre, plusieurs musiques de scènes et ouvertures, plusieurs dizaines de sonates pour piano, neuf pour piano et violon, quelques quatuors (dont les derniers durent près d'une heure), la liste n'en finit pas. Cette volonté totalisatrice se retrouvera chez beaucoup de compositeurs : Saint-Saëns, Tchaïkovsky, Brahms, alors que d'autres garderont leur genre de prédilection : Paganini (violon), Chopin (piano), Rimski-Korsakov ou Berlioz (orchestre).

L'esthétique de Beethoven peut se décomposer en au moins trois parties : une première marquée par le classicisme, une seconde impétueuse, révoltée, romantique, une dernière céleste. Si les deux premières occupent la plus grande partie de sa vie, et se recouvrent souvent, la dernière est assez distincte et resta incompatible avec les autres. Ses premiers temps, qui s'apparentent plus à des essais qu'à de véritables créations artistiques, s'achève avec la Troisième symphonie, et sa seconde vie musicale mourra après la Huitième, tout en ressurgissant ponctuellement dans certains moments de la Neuvième. Nous allons surtout parler de cette seconde vie.

Dans cette période, la musique de Beethoven est donc caractérisée par une certaine révolte, un cri de refus, une rage jetée à la face du monde, une dénonciation violente de la misère humaine et de la fatalité. Rares sont les moments où sa musique est apaisée, consolatrice ou chantante, où la tension fait place à la sécurité. Même ses mouvements lents, quand ils arrivent à exprimer quelque chose de façon puissante, et ce n'est malheureusement pas toujours le cas, garde cette trace du combat, et ressemblent plus au repos du guerrier qu'à un chant d'amoureux. L'expression à chaud des sentiments humains les plus violents conduit Beethoven à mobiliser plus fortement les instruments que ses prédécesseurs, mais il s'agit plus d'une insistance, d'un appui plus marqué, d'un poids plus sensible, qu'une virtuosité. Beethoven ajoute surtout de la consistance et de la matière à la musique classique, plus qu'il n'invente de nouveau moyens d'expression. En revanche, le traitement thématique en lui-même est métamorphosé. De thèmes gentils ou chantants, nous passons à la gravité, à l'orage, au désespoir ou à la rage, et ce, via un complexe système de répétitions-variations qui renforcent ce sentiment d'omniprésence, d'impétuosité, de destin également. L'image la plus parlante de cette construction est certainement le premier mouvement de la Cinquième symphonie, à l'ouverture si connue. Le thème, terrible, intense, revient inlassablement réimprimer sa marque dans l'esprit, mais il se présente sous un autre aspect à chaque entrée, tout est restant identique, ce qui souligne s'il était besoin son caractère maudit. Ces deux principes : orchestration appuyée, sur une base classique, habillant des thèmes expressifs et chargés de sens, sont à la base de toute la musique de Beethoven de cette époque. On les retrouve dans la partie orchestrale de son concerto pour violon, dans la Huitième et Neuvième symphonies, dans la sonate à Kreutzer (piano et violon n°9), et dans de nombreuses sonates pour piano.

A la suite de cette esthétique se substitue une volonté apaisée, plus portée vers la contemplation du monde et de la vie que vers les accusations. On entend alors naître une musique éthérée, plus longue et plus douce, mais aussi plus vide et plus naïve. D'aucun y voit une profondeur accrue, Nietzsche répondrait avec raison que c'est surtout parce l'eau est sale qu'on ne voit pas le fond du lac et non pas parce que ce lac est profond. Beethoven succombe à un impératif presque religieux, sûrement dicté et par sa surdité et par l'approche de la mort, où il renonce à ses combats pour produire une musique de vaincu, pleurant sur la misère de la réalité, sans pour autant être poignante. La densité de sens est inversement proportionnelle à son style précédant : ici la musique est longue, lente, plate et vide. C'est le cas des derniers quatuors, du mouvement lent et d'une partie du dernier mouvement de la Neuvième, de ses dernières sonates pour piano (exception faite des 'adieux au piano', opus 111, bouleversants).

En termes d'influence, Beethoven joue la figure du père castrateur de la psychanalyse pour beaucoup de ses compatriotes : Schubert, Schumann, Spohr, etc.. Tous essaie de suivre son esthétique, sans oser apporter leur originalité, ou alors seulement par bribes. Le renouveau de la musique viendra des Berlioz, Paganini, Liszt et Chopin alors actifs à Paris, seuls ces derniers sauront puiser dans le meilleur de Beethoven pour sublimer son message et créer la musique qui se développera durant tout le siècle sous le nom de romantisme.

Mon conseil

Parmi les immanquables de la production de Beethoven il convient de citer : la troisième et les cinq dernières symphonies, œuvres hautement emblématiques et essentielles dans l'histoire de la musique, surtout la Cinquième, sa sonate pour piano et violon n°7 et n°9 (à Kreutzer), ses sonates pour piano n°8, 14, 23, 32, la lettre à Élise, et son cinquième concerto pour piano. Du point de vue concertant Beethoven est assez décevant, ses quatre premiers concertos pour piano se révèlent très classiques et peu inspirés, hormis quelques brefs épisodes. Son concerto pour violon est tout aussi décevant, mais pour d'autres raisons, ici la verve romantique et révoltée fait mouche, mais elle n'existe que dans la partie orchestrale du premier mouvement, le violon se révélant d'une mièvrerie confondante après son entrée pourtant réussie.

Découvrez une production comparable !

Voici une liste d'oeuvres ou d'artistes dont le style est proche de celui de cet article (par ordre de pertinence). Si celui-ci vous a plu, ou vous a intrigué, pourquoi ne pas poursuivre votre aventure avec un autre, proche de la même esthétique ?

La liste est limitée à 4 pour les visiteurs non-inscrits, 6 pour les inscrits, et sans limite pour les membres Premium : voir la page de la communauté.

Share

Quelques vidéos à propos de ce compositeur

Voici une liste de vidéos illustrant la production ou la vie de ce compositeur (en cas de vidéo indisponible, supprimée, ou n'ayant plus de rapport avec le sujet, nous vous présentons nos excuses, cela est liée à l'évolution naturelle de la plateforme YoutubeEn cas de blocage, ou de vidéo en plusieurs parties, cliquez sur le titre de la vidéo pour vous rendre directement sur Youtube et réessayer ou voir la suite).

Nombre limité à 3 pour les non inscrits, à 5 pour les inscrits et à 10 pour les membres Premium. Inscrivez-vous !

[yt4wp-grid search_term="Beethoven Ludwig van"]

Showing results for "Beethoven Ludwig van"

  • Ludwig van Beethoven: Für Elise

    Description
    Ludwig van Beethoven: Für Elise.

     

  • Ludwig van Beethoven - Moonlight Sonata

    Description
    ( Spotify ))) https://open.spotify.com/artist/6XVCYtZKCENmVXbb4mEzvj Played by Tomasz Trzciński http://tomasz-trzcinski.info Magic Music ...

     

  • Moonlight - Electric Cello (Inspired by Beethoven) - The Piano Guys

    Description
    Get our albums: https://smarturl.it/TPG_ALBUMS ▻ WE'RE ON TOUR! https://smarturl.it/tpgtour ▻ DOWNLOAD THIS SONG: https://smarturl.it/TPG1_Album ...

     

  • Fur Elise

    Description
    Provided to YouTube by TuneCore Fur Elise · Ludwig Van Beethoven Für Elise ℗ 2014 Autumn Hill Records Released on: 2014-05-02 Auto-generated by ...

     

  • Beethoven - Moonlight Sonata (3rd Movement) - Cover Ft. Cole Rolland

    Description
    OUR OTHER COLLAB: https://www.youtube.com/watch?v=HTEJWbE7Fjw BECOME A PATRON: https://www.patreon.com/kristinaschiano MERCH: ...

     

  • Symphony No. 5

    Description
    Provided to YouTube by Universal Music Group North America Symphony No. 5 · Chicago Symphony Orchestra Fantasia 2000 ℗ 1999 Walt Disney Records ...

     

  • Beethoven: Symphony No.7 in A, Op.92 - 2. Allegretto

    Description
    Provided to YouTube by Universal Music Group Beethoven: Symphony No.7 in A, Op.92 - 2. Allegretto · Wiener Philharmoniker · Claudio Abbado Beethoven: ...

     

  • Turkish March from The Ruins of Athens, Op. 113, No. 4

    Description
    Provided to YouTube by Sony Music Entertainment Turkish March from The Ruins of Athens, Op. 113, No. 4 · Stanley Black · London Symphony Orchestra ...

     

  • Obertura.Egmont

    Description
    Provided to YouTube by The Orchard Enterprises Obertura.Egmont · Beethoven · The Royal Classica Orchesta Baby Beethoven Vol 1 ℗ 2011 Digital Natives ...

     

  • Beethoven - Der Kuss, Op. 128 (Peter Schreier, Norman Shetler)

    Description
    From the festival hall in Bad Urach (Germany) Songs from Ludwig van Beethoven Tenor - Peter Schreier Piano - Norman Shetler Ludwig van Beethoven - Der ...

     

  • Beethoven - Ich liebe Dich, WoO 123 (Peter Schreier, Norman Shetler)

    Description
    From the festival hall in Bad Urach (Germany) Songs from Ludwig van Beethoven Tenor - Peter Schreier Piano - Norman Shetler Ludwig van Beethoven - Ich ...

     

  • Sonata No.14 In C#m (Moonlight Sonata) (2006 Remastered Version)

    Description
    Provided to YouTube by Warner Music Group Sonata No.14 In C#m (Moonlight Sonata) (2006 Remastered Version) · Depeche Mode Music For The Masses ...

     

  • Beethoven: Symphony No 6, 4th movement (Bernard Haitink, London Symphony Orchestra)

    Description
    Bernard Haitink conducts the London Symphony Orchestra performing Beethoven's sixth symphony. Recorded in November 2005 for a release on LSO Live: ...

     

  • Beethoven: Symphony No 6, 3rd movement (Bernard Haitink, London Symphony Orchestra)

    Description
    Bernard Haitink conducts the London Symphony Orchestra performing Beethoven's sixth symphony. Recorded in November 2005 for a release on LSO Live: ...

     

  • Beethoven - Romance for Violin and Orchestra No. 2 in F major, Op. 50 (Kurt Masur & Renaud Capuçon)

    Description
    From the Church of St. Nicolai, Leipzig, Germany 20 Years Peaceful Revolution - Leipzig commemorates the 9th of October 1989 Gewandhausorchester Leipzig ...

     

  • ベートーヴェン: ピアノ・ソナタ第14番「月光」 - 第1楽章[ナクソス・クラシック・キュレーション #ロマンチック]

    Description
    [チャート] 癒し 切ない 元気 ☆ ファンタジー ☆ かわいい ☆ カッコ良い ☆ おしゃれ ゴージャス ☆ コミカル ☆ ロマンチック...

     

  • Kyrie (excerpt) from Missa Solemnis in D Major, Op. 123 (Voice)

    Description
    Provided to YouTube by Sony Music Entertainment Kyrie (excerpt) from Missa Solemnis in D Major, Op. 123 (Voice) · Sir Georg Solti · Ludwig van Beethoven ...

     

  • I. Adagio sostenuto - Presto (excerpt) from Violin Sonata in A Major, Op. 47 "Kreutzer"...

    Description
    Provided to YouTube by Sony Music Entertainment I. Adagio sostenuto - Presto (excerpt) from Violin Sonata in A Major, Op. 47 "Kreutzer" (Instrumental) · Pamela ...

     

  • Sonata No. 8 in C Minor for Piano, Op. 13 "Pathétique": II. Adagio cantabile

    Description
    Provided to YouTube by Sony Music Entertainment Sonata No. 8 in C Minor for Piano, Op. 13 "Pathétique": II. Adagio cantabile · Vladimir Horowitz · Ludwig van ...

     

  • Ludwig van Beethoven - III. Rondo allegro

    Description
    From Berg & Beethoven: Violin Concertos - Ludwig van Beethoven by Isabelle Faust, Orchestra Mozart and Claudio Abbado on harmonia mundi 902105 - 2012 ...

     

  • Beethoven - Adelaide, Op. 46 (Peter Schreier, Norman Shetler)

    Description
    From the festival hall in Bad Urach (Germany) Songs from Ludwig van Beethoven Tenor - Peter Schreier Piano - Norman Shetler Ludwig van Beethoven ...

     

  • Piano Sonata No. 13 in E-Flat Major, Op. 27 No. 1: II. Allegro molto e vivace

    Description
    Provided to YouTube by Sony Music Entertainment Piano Sonata No. 13 in E-Flat Major, Op. 27 No. 1: II. Allegro molto e vivace · Glenn Gould · Ludwig van ...

     

  • BEETHOVEN // Violin Sonata No. 9 in A Major, Op. 47 "Kreutzer": III. Finale (Presto)

    Description
    Available here: https://lnk.to/Gatto_Libeer_BeethovenID LUDWIG VAN BEETHOVEN Violin Sonatas Nos 9 "Kreutzer", 4 & 2 Lorenzo Gatto, Julien Libeer.

     

  • Minuet in G

    Description
    Provided to YouTube by The Orchard Enterprises Minuet in G · London Philharmonic Orchestra · Ludwig van Beethoven · London Philharmonic Romantic ...

     

  • BEETHOVEN // Symphony No. 4 in B-Flat Major, Op. 60: II. Adagio, by Anima Eterna & Jos Van Immerseel

    Description
    Here is a superb set of the most famous symphonies in our musical culture, brilliantly played on period instruments. Jos van Immerseel and his highly skilled ...